Écologie

Mes petits gestes écolos du quotidien

Depuis plusieurs années, j’ai pris conscience de l’énorme gaspillage de ressources que nous produisons en tant qu’humains. La lecture du livre Zéro Déchet par Béa Johnson m’a ouvert les yeux. S’il peut paraître un peu extrémiste, je conseille vivement la lecture de ce livre qui a bousculé mes réflexions.

Éteindre la lumière quand je quitte une pièce, couper l’eau du robinet quand je me brosse les dents font partie de mes réflexes depuis l’enfance. En revanche, il y a des tas de petits gestes auxquels je ne faisais pas attention : pensez juste à l’emballage fourni pour 2 tranches de jambon sous vide, sa durée de vie, le temps qu’il va mettre à être recyclé, ce que cela va coûter…

Pour résumer, son crédo c’est 1/refuser (les tickets de caisse, les prospectus…bref ne pas faire rentrer chez soi ce que l’on devra détruire par la suite), 2/réduire (sa consommation, ses besoins), 3/ réutiliser (sous une autre forme, en donnant) 4/ recycler (ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire, ni réutiliser), 5/composter

Bref, cette longue introduction pour dire qu’il y a encore beaucoup à faire et si je n’ai pas encore réussi à me passer des bains, voici quelques autres règles que j’essaye de me fixer pour préserver la planète.

1. Limiter la publicité reçue par courrier postal

Je reçois régulièrement des publicités postales nominatives auxquelles je ne me suis jamais abonnée. Impossible de remonter la trace, du coup j’ai à chaque fois envoyé un message public sur Twitter à la marque concernée et on se charge en privé de traiter ma demande. C’est très efficace !

Idem pour les catalogues publicitaires déposées directement, on peut facilement coller un Stop Pub sur sa boite aux lettres. Quelques conseils de l’Institut National de la Consommation pour ne plus recevoir de publicités nominatives.

2. Privilégier les gourdes aux bouteilles en plastiques

 

C’est avec un enfant que j’ai pris l’habitude d’acheter des bouteilles d’eau minérales (même si visiblement l’eau du robinet est bien plus contrôlée que celle en bouteille). Si je n’ai pas encore passé le cap pour mon enfant, pour ma part j’ai opté pour des gourdes (Gobi, 24 Bottles et une gourde pour une cure Weleda que je réutilise pour le sport).

3. Utiliser des sacs en tissu

Allez avouez, vous avez au moins une demi-douzaine de totes bags offerts par des marques, dans vos placards ! On essaye d’y penser avant de sortir faire des courses. Pour ma part j’ai toujours un petit sac de course pliable et léger dans mon sac à main. Les rares fois où je l’ai oublié, j’ai du payer un sac qui allait finir en sac poubelle… ça m’a fait penser à le prendre les fois suivantes !

5. Préférer des produits bio et/ou écologiques

Pour éviter les émanations des produits d’entretiens, nous avons opté pour du savon noir pour nettoyer les surfaces et du vinaigre blanc pour les vitres. Si besoin de mieux récurer, je mets vinaigre + bicarbonate de soude, ça mousse et attaque les matières grasses, collantes…. Enfin, je limite au maximum l’usage de l’eau de Javel (une fois de temps en temps pour nettoyer la litière du chat). Ce sera toujours ça de pris pour la planète.

6. Je limite le sopalin

Des années d’usage à outrance de feuilles absorbantes sont dures à corriger, j’ai encore du mal à utiliser un chiffon ! L’idée de salir un tissu que je vais devoir nettoyer, voire détacher, avant de m’en resservir, me rebute un peu. Tellement plus simple de balancer aussitôt son méfait à la poubelle ! Bref, quand je me corrige, j’essaye d’opter pour des chiffons ou débarbouillettes.

7. J’utilise des carrés démaquillants lavables

 

J’ai tenté de passer aux carrés de démaquillage lavables : soit je ne parvenais pas à les nettoyer convenablement (et, pardon, mais se nettoyer le visage avec un carré plein de traces noires de mascara, ça ne donne pas vraiment l’impression de se nettoyer), soit je trouvais la matière un peu rêche pour frotter sur le visage. J’ai donc tenté une nouvelle option : me nettoyer le visage avec une mousse ou huile, puis l’essuyer avec un grand carré lavable préalablement humidifié d’eau chaude. La sensation est super agréable et je n’ai pas besoin de répartir le démaquillant avec le tissu, je viens seulement enlever le produit délicatement.

.:.

Voilà mes petits gestes, ce n’est pas grand chose mais j’essaye de m’y tenir pour avoir l’impression de faire ma part du travail. Et vous, vous avez d’autres astuces à partager ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s